BAYLE (P.)


BAYLE (P.)
BAYLE (P.)

Le Dictionnaire historique et critique de Bayle (1696) figure très souvent dans les inventaires de bibliothèques privées du XVIIIe siècle. Bayle fut en effet un des inspirateurs des Lumières. Dans cet ouvrage, l’auteur manifeste une prodigieuse érudition, mais les longues «remarques» personnelles dont il agrémente ces quatre volumes in-folio font d’eux une œuvre hautement originale et même singulière. Par l’influence qu’il a exercée, Bayle a sa place à côté d’Érasme, de Montaigne, de Voltaire, de Hume. La complexité de sa pensée oblige pourtant à le situer dans une ligne qui va de Calvin à Rousseau et à Kant.

Un penseur original

La singularité de l’œuvre se retrouve chez son auteur. Fils d’un pasteur du pays de Foix, Bayle est, au sens propre, un excentrique dans la littérature française: Méridional qui séjourna à peine à Paris, protestant qui vécut en Hollande à partir de 1681, semi-autodidacte, formé en homme de la Renaissance, qui resta étranger au classicisme. Boileau le trouvait pourtant «marqué au bon coin»: la phrase de Bayle est longue, mais sa langue est savoureuse. C’est un raisonneur à la fois serré et inventif.

Si le Dictionnaire est la plus célèbre des œuvres de Bayle, il ne se comprend bien que dans la perspective des ouvrages antérieurs, livres de controverse qui attaquent l’Église romaine sous plusieurs angles. Les Pensées diverses sur la comète (1682), sous couleur de récuser la superstition, au nom d’une physique mécaniste, visent en fait insidieusement le catholicisme. La Critique générale de l’Histoire du calvinisme de Maimbourg (1682), par le biais de considérations sur la méthode historique, réfute un ouvrage qui dépeignait les huguenots comme des rebelles en puissance. Les Nouvelles de la République des lettres , premier périodique littéraire français imprimé à l’étranger (1684-1687), fait une grande place aux ouvrages de controverse, comme aux ouvrages controversés, dont la publication était interdite en France. En 1686, le véhément pamphlet Ce que c’est que la France toute catholique sous le règne de Louis le Grand et le Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ: «Contrains-les d’entrer» préconisent la tolérance civile.

Le «Dictionnaire»

On retrouve le même plaidoyer passionné pour les droits sacrés de la conscience dans le Dictionnaire , derrière l’ironie feutrée ou vengeresse qui stigmatise les fanatiques et les persécuteurs. De longs articles y sont consacrés aux minoritaires, calomniés de l’histoire, aux pauliciens, aux manichéens et autres hérétiques. C’est à leur propos que Bayle entame la question de l’origine du mal – insoluble énigme dans la création d’un Dieu supposé à la fois tout-puissant et tout-bon – ce qui incitera Leibniz à tenter de lui répondre dans sa Théodicée ; Bayle poursuivra la discussion jusqu’à sa mort dans sa Réponse aux questions d’un provincial , où il défend les thèses fidéistes du Dictionnaire contre l’optimisme déiste.

L’ouvrage, dont l’entrée fut interdite en France, souleva un scandale: on reprocha à Bayle son scepticisme, sa bienveillance pour les hérétiques, son manque de respect pour l’Écriture, en la personne du roi David dont il souligne impassiblement les crimes. Le consistoire de l’Église wallonne de Rotterdam, dont Bayle était membre, lui demanda des explications, en reçut et s’en contenta.

Une des causes de ce paradoxe qu’un ouvrage interdit en France, comme trop favorable au protestantisme, fût suspect aux autorités réformées tient à la querelle qui, depuis 1691, avait opposé Bayle au théologien huguenot Pierre Jurieu, son ami de naguère; le prétexte en fut un Avis aux réfugiés dont Bayle nia la paternité et qui n’est peut-être pas entièrement son œuvre, mais qu’il s’employa à faire imprimer et qui reflète ses idées politiques. Bayle voyait dans la révocation de l’édit de Nantes un abus déplorable qui, cependant, n’infirmait pas la valeur du système absolutiste, à ses yeux le moins mauvais qui fût. Jurieu, lui, retrouva la vieille notion de droit des peuples et en vint à présenter la guerre de la ligue d’Augsbourg comme une croisade légitime contre le despotisme démoniaque du Roi-Soleil.

Le débat reste ouvert sur l’interprétation à donner aux œuvres de Bayle. Pour les uns, sa pensée apparaît comme influencée par le calvinisme, son souci d’objectivité et de tolérance n’implique aucune mécréance, et le fidéisme abrupt qui l’oppose aux premiers déistes n’est pas une feinte précautionneuse. Selon eux, quand les écrivains des Lumières ont salué en Bayle un précurseur, c’est qu’ils se sont attachés à certaines de ses thèses favorites – l’incompatibilité de la foi et de la raison, par exemple – mais qu’ils en ont négligé d’autres: la philosophie de l’histoire pessimiste et statique, le moralisme rigoriste. Une autre interprétation, traditionnelle, rapproche Bayle de Fontenelle et de Voltaire: il aurait masqué de formules orthodoxes ironiquement outrées et parfaitement insincères un scepticisme religieux radical. Les uns et les autres voient cependant en Bayle un chaînon essentiel entre le XVIIe et le XVIIIe siècle et le représentant le plus significatif de la «crise de la conscience européenne».

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bayle — Saltar a navegación, búsqueda Bayle hace referencia a: Pierre Bayle, filósofo y escritor francés; Antoine Bayle, psiquiatra francés; Jean Michel Bayle, un piloto francés de motociclismo; George A. Bayle Jr., el primer comerciante de la… …   Wikipedia Español

  • Bayle — ist der Familienname folgender Personen: Antoine Laurent Bayle (1799–1858), französischer Mediziner und Gehirn Pathologe François Bayle (* 1932), französischer Komponist und Musiktheoretiker Gaspard Laurent Bayle (1774–1816), französischer… …   Deutsch Wikipedia

  • BAYLE (F.) — BAYLE FRANÇOIS (1932 ) L’originalité de la démarche de Bayle tient en ceci que toute son activité musicale se déploie autour de la musique électro acoustique ou, plus exactement, suivant une expression qui lui est personnelle, est vouée à… …   Encyclopédie Universelle

  • Bayle — can refer to: *A position in Medieval France similar to that of a bailiff. *François Bayle, a French composer of acousmatic music. *Jean Michel Bayle, a French motorcycle racer. *Pierre Bayle, a philosopher. *George A. Bayle Jr., first to market… …   Wikipedia

  • Bayle — Bayle, Antoine Bayle, Pierre …   Enciclopedia Universal

  • Bayle —   [bɛl], Pierre, französischer Philosoph, * Carla Bayle (Département Ariège) 18. 11. 1647, ✝ Rotterdam 28. 12. 1706; Kalvinist, vorübergehend zum Katholizismus konvertiert, 1675 81 Professor in Sedan, 1681 in Rotterdam, 1693 wegen seiner… …   Universal-Lexikon

  • Bayle — (spr. Bähl), 1) Franç., geb. 1622 zu Toulouse, war Professor der Physik an der Universität u. Arzt daselbst u. st 1709 Er schr. u.a.: Institutiones physicae. Toul. 1700, 3 Bde.; Opuscula, ebd. 1701, u. (Opera omnia. ebd. 1701, 4 Bde. 2) Pierre,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Bayle [1] — Bayle (spr. bǟl ), s. Bordeauxweine …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bayle [2] — Bayle (spr. bǟl ), Pierre, einer der einflußreichsten philosophisch theologischen und kritischen Schriftsteller Frankreichs, gewöhnlich als Skeptiker bezeichnet, geb. 18. Nov. 1647 zu Carlat in Languedoc als Sohn eines reformierten Predigers,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bayle — (spr. bähl), Pierre, franz. Philosoph, geb. 18. Nov. 1647 zu Carla, seit 1681 Lehrer der Philosophie in Rotterdam, 1693 infolge seiner freisinnigen Lehren abgesetzt, gest. 28. Dez. 1706, eröffnete den Kampf der Aufklärung gegen kirchlichen… …   Kleines Konversations-Lexikon